mardi 4 mars 2014

MacRitchie reservoir: la jungle de Singapour

La fôret primaire de Singapour a presque complètement disparue depuis le milieu du XIXeme siècle mais il existe, au cœur de l'île, une jungle préservée: le réservoir de MacRitchie. Elle est visible depuis les chemins accessibles qui bordent le réservoir.

On croise beaucoup de singes à Macritchie, les long tails macaques qui, avec leurs mimiques on ne peut plus humaines, nous font systématiquement rire tout en nous transportant à des kilomètres de là. C'est un peu comme être en vacances (à Bornéo).



Nous nous sommes en fait rendu deux fois au réservoir. La première pour nous promener un dimanche mais nous avons vite fait demi tour : trop de coureurs sur les chemins! Nous avons pourtant tenté l'aventure en traversant un bout de fôret seuls. On doit avouer que nous n'avons pas fait les malins lorsque nous avons vu la profondeur du sous bois, imaginant les bestioles qui devaient surement s'y cacher pour fuir la chaleur de la mi journée... Nous rejoignons finalement une jolie petite passerelle qui longe le réservoir mais qui est tout aussi encombrée de coureurs.



Sur le chemin nous croisons tout de même un écureuil volant et son bébé trop mignon ainsi que de nombreux oiseaux (voir le panneau plutôt rigolo!).



Notre première sortie au réservoir nous avait laissé sur notre faim. Nous désirions voir le tree top walk qui malheureusement se trouvait à l'opposé du parc. Lorsque l'on sait que la boucle totale ne fait pas moins de 11km nous décidons, cette fois en compagnie de Clémentine et Hugo, de prendre le bus jusqu'à l'entrée la plus proche du tree top walk.


La passerelle n'est pas toute proche et relativement décevante car très courte. Une simple ligne droite à 25m du sol entre deux collines. Comparé à ce que nous avons connu en Australie... c'est bof, bof.
D'autant qu'il y a un sens de marche, du coup pas possible de revenir en arrière. Cela dit le chemin de retour est agréable et nous faisons les pipellettes un grande partie du chemin.



Après une pause déjeuner méritée baguette/jambon/beurre et raisins nous progressons vers une tour qui offre un point de vue sur le parc et les oiseaux qui peuplent la cîme des arbres.


 Alarme ou bruit de la forêt?

Nous voilà au point le plus éloigné de tout ! Il nous reste minimum 5km de marche quelque soit la direction que nous décidons de prendre pour rejoindre la civilisation. Les bouteilles d'eau se vident à grande vitesse et nous terminons le tour complet du réservoir soit plus de 9km de chemins les jambes lourdes, la gorge sèche mais rudement content d'avoir passé un si bon moment loin de la circulation et des bruits de la ville en agréable compagnie.



1 commentaire:

  1. Ces 2 photos de macaques : le penseur de Rodin et son cousin rêveur sont particulièrement réussies.
    (les autres aussi bien sûr ! ).
    Th

    RépondreSupprimer